vendredi 10 avril 2020

Loi 21, portant laïcité de l’État Québécois, une belle victoire pour les laïcs

Comme bien des citoyens, vivant au Québec et malgré la distanciation sociale imposée par le Covid19, j’ai appris la nouvelle selon laquelle la loi 21 portant laïcité de l’état Québécois a encore de beaux jours devant elle. Je me souviens que ses opposants ont été confrontés à deux précédents revers. En effet, la Cour supérieure du Québec et la Cour d’appel avaient toutes deux rejeté cette demande de suspension temporaire. À cela s’ajoute qu’afin d’éviter une contestation de la loi par ceux qui feraient valoir qu’elle est contraire à la Charte des droits et libertés, le législateur québécois avait invoqué la clause dérogatoire - souvent appelée clause nonobstant. Imaginons, juste un instant que le Québec est indépendant ?
La décision de la cour suprême du Canada est donc, le troisième revers que connaissent les quelques opposants, toujours les mêmes, (Association canadienne des libertés civiles et Conseil national des musulmans canadiens). Il faut noter que ces associations ne sont même pas domiciliées au Québec mais en Ontario. En apprenant la nouvelle, lesdits opposants soutiennent qu’ils voulaient que l’article qui interdit le port de signes religieux par les agents de la fonction publique offrant des services au public soit invalidé. La Cour suprême a tout simplement décidé de ne pas entendre leur demande. Cette demande n’aurait pas eu cours si le Québec était indépendant.
Ce jeudi 09 avril 2020, la nouvelle est tombée comme un couperet. Elle intime à ces islamistes, que cette décision comme les précédentes et les prochaines, marque les limites de leur rejet des valeurs sociétales du Québec. Même s’ils soutiennent que leur activisme ne visait qu’à minimiser les dégâts en attendant la suite des procédures sur le fonds, leur déception n’était pas feinte. Dans un Québec indépendant, ils n’auraient jamais osé aller contre une loi votée et adoptée par les représentants de la majorité des citoyens du Québec. En fait, ce sont les défenseurs de la laïcité ainsi que le gouvernement du Québec qui se réjouissent de cette nouvelle victoire.
Rappelons que la Loi 21 sur la laïcité de l’État du Québec a été adoptée en juin 2019 par l’Assemblée nationale. Elle régule, entre autres, mais pas seulement, la représentation pour ne pas dire l’image de tous les agents des services publics - juges, policiers, sapeurs-pompiers, enseignants du réseau public - dans l’exercice de leurs fonctions et loin de toute visibilité des signes religieux des uns et des autres. En apprenant la nouvelle, la ministre de la Justice du Québec a émis un communiqué par lequel elle a souligné que : “Le gouvernement du Québec est satisfait de la décision rendue par le plus haut tribunal au Canada en faveur du maintien de la Loi sur la laïcité de l’État adoptée par l’Assemblée nationale. Nous continuerons à défendre le bien-fondé et la constitutionnalité de la Loi, comme nous l’avons toujours fait”.
Et pour cause, il est clair qu’il peut s’écouler plusieurs années avant que la confirmation de cette loi au niveau institutionnelle soit définitive. J’anticipe qu’elle est là pour durer malgré l’activisme des quelques nervis islamistes qui parlent de droits qui n’ont rien à voir avec ceux du Québec et agissent pour empêcher la majorité des Québécois de vivre selon leurs droits adoptés par leur assemblée nationale et les élus du peuple. Cependant, imaginons un instant que le Québec fasse son indépendance ?

dimanche 20 octobre 2019

LAICITÉ : L'APPEL DE LIÈGE


12 octobre 2019, à Liège,

À l’issue de trois jours de réflexion menés à l’occasion du 50e anniversaire du Centre d’Action Laïque belge, un appel, auquel a souscrit dans son intervention à Liège l’ancien Président de la République française François Hollande, est lancé aux défenseurs des droits fondamentaux pour promouvoir la Laïcité comme un principe universel, garant des libertés individuelles et d’une coexistence pacifique des opinions philosophiques et convictions religieuses.

Dans un monde devenu village planétaire, nos sociétés font face à des défis socio-économiques inédits au rang desquels dominent les enjeux migratoires, climatiques et numériques.

Par ailleurs, des progrès notamment éthiques tenus pour acquis sont remis en cause par des courants politiques extrémistes ou dogmatiques religieux qui agissent d’une façon de plus en plus décomplexée. En Europe et dans le monde, les droits fondamentaux, produits de petites victoires ou de grandes révolutions, demeurent fragiles.

Cette conjonction nous oblige à une vigilance constante.

La Laïcité se fonde sur le principe d’impartialité des pouvoirs publics et assure à toutes et tous l’exercice des droits et libertés indépendamment de l’origine, des convictions, croyances ou toute autre distinction. Ce principe fondateur de la démocratie, élément essentiel d’une coexistence pacifique, a vocation à trouver, partout dans le monde, une place au cœur des valeurs fondamentales.

Elle est indissociable des libertés pour soi-même et autrui. Elle assure un cadre commun qui permet à chacune et chacun d’exercer un libre examen et de se décider en toute autonomie.

La Laïcité lutte contre les discriminations, pour l’égalité et la mise en œuvre de politiques solidaires qui assurent la cohésion sociale et l’émancipation des citoyens par l’accès aux savoirs.

Fruit d’une révolution des mentalités qui prit naissance au 18e siècle, la Laïcité comme principe d’organisation de l‘État se révèle indispensable au développement d’un système politique démocratique. Garant des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, l’État laïque protège celle de croire, ne pas croire ou changer de conviction.

Elle postule l’articulation du lien social en dehors de tout déterminisme et le pouvoir des êtres humains à se diriger eux-mêmes.

Parce que le principe de Laïcité instaure et protège les valeurs de liberté, d’égalité et de solidarité,

Parce qu’il permet la coexistence paisible des opinions et conceptions philosophiques ou religieuses,

Parce que la Laïcité n’est pas une option ou une opinion parmi d'autres, mais bien la condition qui rend possible la vie en commun dans le respect de toutes et tous et qu’elle fournit une réponse de portée universelle indépendante de tous les particularismes, les signataires en appellent solennellement à considérer la Laïcité comme une exigence démocratique essentielle.

Ils invitent les autorités publiques de tous les continents à affirmer leur adhésion à son principe et à défendre son inscription dans les Constitutions nationales et les traités internationaux.

Le monde de demain appartiendra à la jeunesse d’aujourd’hui. Protégeons les conquêtes du passé et promettons-lui un avenir.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Signez, ici,
http://www.50ans.laicite.be/?fbclid=IwAR2LOh385Gkb7dWKNvmuY9q9vvyMGH3Wyu8FOgHGT2RTWsyf1VWFexO8sDY